Le Virtua Boy

Dans les années 90 il semblait que « Nintendo » pouvait faire tout ce qu'il voulait et que tout ce qui arrivait sur le marché était directement un succès, c'est ce qui se passa avec la « Nes » et la « Super Nintendo ». Cette dernière gagna la guerre des consoles 16bits contre la « Megadrive » de « Sega » car plus de titres furent des hits. De même la « Gameboy » dominait le marché des consoles portables où « Atari » avec sa « Lynx » et « Sega » avec sa « Gamegear » tentaient désespérément de survivre.

A cette période « Nintendo » avait le pouvoir presque absolu. C'est à ce moment que fut mis en chantier le projet « Reality 64 » qui devint par la suite la « Nintendo 64 ». C'est aussi dans cette période faste qu'arriva le « Virtua Boy » nom de code « VR32 ». Mis en place par le créateur de la « Gameboy » (mais aussi les games and watch) le célèbre « Gunpei Yokoi » et était censé révolutionner le monde du jeu vidéo. « Nintendo » avait promis de transporter les joueurs dans un monde virtuel utopique, et avoir une expérience de jeu comme jamais auparavant.

Cependant ce fut un échec commercial et le produit fut arrêter à peine un an après sa sortie.

L'histoire commence avec la société « Reflection Technology » qui essayait de trouver une société et des fonds pour revendre sa technologie 3d. Cette technologie au final n'était pas de la vraie 3d mais c'était une bonne imitation. Leurs première tentative fut dans le marché du jouet, mais ne trouvant aucunes firmes intéressées ils se tournèrent vers le marché du jeu vidéo.

Ils proposèrent donc leur technologie à « Sega » mais ce fut un non catégorique, par contre « Gunpei Yokoi » fut intrigué par celle-ci, il n'existait encore rien de tel à l'époque et il faudra au moins un an aux concurrents s'ils voulaient s'y mettre. Il vit la possibilité de développer une nouvelle console.

« Nintendo » acheta les droits de cette technologie pour pas moins de 5.000.000$. Après que l'équipe de « Gupei Yokoi » se soit mis à l'oeuvre le choix fut porté sur un casque fixé sur un trépied avec une manette. Pour garder un prix raisonnable, les graphismes de la console étaient en monochrome, le choix fut porté sur cette couleur, car cela éliminer les problèmes d'affichage qu'avait la « Gameboy » lorsque les animations étaient rapides.

Bien la console soit équipée d'un processeur 32bits, ce n'était pas très flagrant car la capacité de calcul était divisée par 2, car l'affichage était calculé 2 fois. Le président de « Nintendo » de l'époque poussa le projet pour que celui-ci sortent assez vite, en effet la guerre était en cours entre « Sony » et « Sega », et la « Nintendo 64 » n'allait pas sortir très vite, donc il fallait sortir la console. Malheureusement le système n'était pas prêt à être lancer, mais l'équipe de « Gunpei Yokoi » n'eut pas le choix.

Lors de sa sortie le système reçu pas mal de critique, comme le fait que ce n'était pas vraiment très confortable pour jouer et la couleur rouge n'était pas vraiment appréciée par les joueurs. D'autres même se plaignirent de maux de tête seulement après quelques minutes de jeu. Et les magazines à l'époque ne firent pas de bonnes publicités non plus.

Cependant les joueurs les plus assidus de la marque restaient impressionnés par la technologie utilisée par la console.

A sa sortie la console coutait 179.89$ et aurait dû être disponible simultanément au Japon et aux Etats-Unis. Mais finalement la sortie au Japon fut avancée, mais l'engouement n'était pas au rendez-vous. Par contre elle ne fut jamais disponible pour l'Europe.

La console était vendu avec le jeu « Mario Tennis », un simple jeu qui ne m'était pas vraiment en avant les capacités de celle-ci. Aux Etats-Unis « Nintendo » fit beaucoup de publicité et s'associa avec des chaines de distributions pour vendre plus facilement la console. Il était possible dans les dit magasin d'essayer la console pour 10$ et de l'acheter ensuite. « Nintendo » était fière d'annoncer que toutes les consoles avaient été vendues très vite, mais il avait oublié de dire que les stocks étaient en fait très limités parfois seulement 2 consoles par magasin.

Au point de vue technique on retiendra que la console possédait un connecteur pour relier 2 consoles, mais qu'aux jeux utilisant cette options ne vit le jour.

La manette de la console était vraiment bien, elle possédait déjà les mêmes fonctionnalités que les manettes modernes et la prise en main était vraiment bonne.

Le succès n'était pas au rendez-vous et « Nintendo » diminua le prix de la console, mais cela ne pouvait pas calmer les propos des joueurs qui se plaignait de maux de têtes à l'utilisation de celle-ci. Dans la notice par exemple il était conseiller aux enfants de moins de 7ans de ne pas utiliser la console car elle pouvait interférer dans le développement de ceux-ci.

Cependant « Nintendo » annonça la sortie de nouveaux jeux, ce qui n'empêcha pas se fin. Les magasins vendaient le reste de leurs stocks à 20$. Mais il n'y eu au total que 22 jeux.

Parmi eux on pourra nommer : « Teleboxer », un jeu de boxe qui était une exclue de la console et montrait bien ce dont était capable techniquement la console. « Mario Clash » n'était pas le meilleur jeu mais son nombre impressionnant de niveau pouvait tenir le joueur très longtemps.

Mais le meilleur titre reste sans conteste « Wario Land » un autre exclue, le fun viendra surtout du fait de pouvoir accéder à des zones cachées avec des effets 3d très bien fait.

Au final le gros souci venu de la confiance de « Nintendo » qui pensait pouvoir vendre cette nouvelle console facilement car il n'y avait pas de concurrence sur le marché. De plus « Nintendo » ne voulut pas laisser développer des jeux par d'autres compagnies ce qui ne permet pas d'avoir beaucoup de titres disponibles.

A un moment où la technologie était poussée au maximum pour avoir des graphismes fins et colorés, la console faisait office d'extra-terrestre avec son affichage rouge. On retiendra surtout le commentaire d'un développeur qui décrit la console comme « antisociale ».

« Gunpeu Yokoi » se senti personnellement responsable de l'échec et quitta « Nintendo ». Mais il ne quitta pas pour autant le monde du jeu vidéo, il fonda la compagnie « Koto » qui était à la base de la « WonderSwan » pour « Bandai ». Il mourra juste une année après dans un accident de voiture.

Bien que l'échec était là, « Nintendo » finalement sorti la « 3ds » une console portable avec un affichage en 3d sans lunettes.

ShaanMaster
Par:
 Lien direct : 
Cliquez sur le lien pour le copier. 
ARTICLES BLOG CONTACT CREATE_ACCOUNT EVENTS PARTNERS POLL STATS TEAM EMULATORS HISTORY GALERY YOUTUBE Ps2 - OutRun 2006: Coast 2 Coast Dreamcast - Ooga Booga Coleco Vision - Kevtris Megadrive - Chinese Chess MegaCd - time gal MasterSystem - California Games Atari 7800 - astro blaster Intellivision - Pitfall Megadrive - Quad Challenge Megadrive - Hard Drivin Nintendo 64 - kirby 64 - the crystal shards Commodore 64 - boulder dash Pc Engine Hucard - Aoi Blink Megadrive - Last Battle Megadrive - 16 Zhang Mahjong II Pc Engine Hucard - space harrier Sg1000 - Champion Baseball Arcade - Toki Atari 5200 - star trek strategic operations simulator 32x - tempo Atari Jaguar - alien vs predator GameBoy - Vegas Stakes SuperNes - Zool Megadrive - championship pool MegaCd - Ninja Warriors the Amstrad Mega Pc Sonic Mars / Sonic Xtreme Virtua Racing : Megadrive Vs 32x Vs Saturn Sharp Nintendo Television La Megadrive 3